Le top 5 des erreurs en terme de sécurité lors de l’utilisation de gaz dans les laboratoires

Comment limiter autant que possible les risques d’incidents avec les bouteilles de gaz?
Recherche & Analyse
|
11 janvier 2021

La plupart des laboratoires accordent une grande importance à la sécurité. Néanmoins, des incidents surviennent encore – parfois avec des conséquences graves – alors qu’ils auraient pu être évités. Vous trouverez ci-dessous un aperçu des cinq erreurs de sécurité les plus fréquentes en ce qui concerne les gaz dans les laboratoires…

1- Un stockage des bouteilles de gaz négligé

Pour des raisons de sécurité, il est conseillé de stocker les bouteilles de gaz à l’extérieur, de préférence dans un système cylinder box résistant au feu. Si des bouteilles de gaz doivent tout de même être stockées à l’intérieur, une armoire spéciale doit être prévue à cet effet.

Les bouteilles – en particulier les plus grands modèles – ne sont pas faciles à déplacer. Utilisez un chariot ou demandez au fournisseur d’amener les bouteilles à destination et de les raccorder immédiatement. Évitez en tout cas que les bouteilles puissent se renverser, par exemple en les attachant à l’aide d’une chaîne.

2- La méconnaissance ou non-application des Safety Data Sheet (SDS)

« Tous les gaz ne comportent pas les mêmes risques de sécurité », précise Werner Weterings, SHEQ Manager & DA Specialty Gases chez Air Liquide. « Les gaz peuvent être inertes, combustibles, comburants, cryogéniques, toxiques, CMR, corrosifs ou n’importe quelle combinaison des gaz précédents. Il est par conséquent essentiel que l’utilisateur connaisse au préalable la Safety Data Sheet du gaz en question. »

« Supposons que vous ayez une bouteille de gaz avec un mélange toxique de sulfure d’hydrogène et d’azote. Avec une bouteille de ce type, avant de brancher le détendeur sur le robinet, celle-ci doit d’abord être connectée à un collecteur pour évacuer le gaz de la soupape de sécurité. À défaut, le gaz toxique peut être libéré dans le laboratoire. Un exemple typique d’incident grave susceptible de se produire si les instructions SDS ne sont pas suivies. »

3-L’absence d’équipement de détection de gaz

« Les gaz en bouteilles tels que l’azote et le CO2 sont souvent considérés comme inoffensifs, parce qu’ils sont également présents dans l’air. Mais si ces gaz fuient dans un espace confiné – comme celui d’un laboratoire – ils peuvent créer une atmosphère potentiellement mortelle. Il est donc essentiel de prévoir l’équipement de détection de gaz nécessaire dans le laboratoire. Et cette pratique fait encore souvent défaut dans la pratique », constate Werner Weterings.

4- Une mauvaise utilisation des détenteurs

« Les détenteurs ne sont pas bon marché, et l’on peut donc avoir tendance à utiliser le même exemplaire pour plusieurs gaz en adaptant le raccord. Mais cela peut mal se passer. « Ainsi, nous avons été confrontés à une situation où un laborantin a utilisé un détendeur pour raccorder une bouteille avec de l’hydrogène. Ensuite, il a utilisé le même détendeur pour raccorder une bouteille d’oxygène. Au moment où il a ouvert le robinet, de l’oxygène sous haute pression est donc entré dans le détendeur, qui immédiatement réagi avec l’hydrogène encore présent. Conséquence : une explosion qui a causé des dégâts importants dans le laboratoire. Le collaborateur lui-même s’en est sorti sans blessures graves, mais cela aurait pu se terminer d’une tout autre manière. » L’adaptation de raccords haute pression est donc déconseillée au plus haut point.

5- Une ventilation défaillante

« Il arrive encore régulièrement que les laboratoires ne disposent pas ventilation suffisante. Surtout si l’on travaille avec des gaz cryogéniques ou des gaz CMR (gaz cancérogènes, mutagènes ou toxiques), un système de ventilation en bon état de fonctionnement est indispensable. D’une part, le système de ventilation doit être adapté au flux et à la catégorie de danger du gaz et, d’autre part, chaque poste de travail doit – sur la base d’une analyse du risque professionnel – être équipé des outils adéquats, tels que des hottes par exemple. »

Téléchargez ici notre whitepaper sur la façon de travailler en toute sécurité avec les gaz dans le laboratoire.

Partagez