Quelle alimentation pour le futur?

Journée mondiale de l’Alimentation, 16 octobre 2017
Alimentaire & Pharma
|
16 octobre 2017

Il est aujourd’hui important de penser l’alimentation et l’agriculture, de demain. Par exemple en investissant dans des solutions intelligentes qui aident à lutter contre les pénuries alimentaires…

La Journée mondiale de l’Alimentation - une initiative de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture – a un message central : nous devons veiller à ce que la famine ne continue pas à se répandre dans le monde. La meilleure manière de lutter contre ce fléau est de développer des initiatives intelligentes qui pourraient permettre à chaque être humain de manger à sa faim.

BrightBox

Une des façons d’y parvenir consiste à développer le processus de croissance idéal pour les plantes.

Et c’est précisément l’objectif de BrightBox, un centre d’expertise pour la culture multicouches sans lumière du jour. Pour gagner de la place, les plantes sont cultivées en plusieurs couches superposées.

Etant donné que la population mondiale est en augmentation constante et que 80% de la surface terrestre appropriée est déjà utilisée pour l’agriculture, ce n’est pas un paramètre superflu.

La récolte augmente de 10%

BrightBox cherche également la recette de croissance idéale pour les plantes, notamment en utilisant les engrais les plus efficaces – y compris le CO2. «Nous sommes heureux que notre expertise dans le domaine des gaz nous permette de participer à ce projet», précise Andy Augustus, responsable Marketing Food chez Air Liquide.

«Durant le processus de photosynthèse, les plantes absorbent la lumière, l’eau et le CO2 et les convertissent en oxygène. Dans la nature, la concentration en CO2 est d’environ 350 ppm, mais dans le cadre du projet BrightBox, nous utilisons des quantités comprises entre 600 et 1000 ppm. En ajoutant ce CO2 supplémentaire, la production de la récolte augmente d’environ 10%. Il s’agit donc clairement d’une situation gagnant-gagnant, tant sur le plan écologique que sur le plan économique».

Une production plus locale

De cette manière, il sera également possible, dans un futur proche, de produire une quantité suffisante de fruits et légumes frais et sains, afin de répondre aux besoins des habitants toujours plus nombreux dans les villes.

Cela comporte des avantages supplémentaires, notamment la forte baisse du risque de mauvaises récoltes en raison de conditions climatiques extrêmes ou d’autres causes et la possibilité d’accroître la production locale, de sorte que la pollution et les nuisances liées au transport diminuent.

Plus d’informatio​ns sur Brightbox

 

Partagez