Travailler en toute sécurité avec des gaz cryogéniques

Des détecteurs de gaz aux vêtements de protection
Recherche & Analyse
|
29 novembre 2021

Les gaz cryogéniques sont non seulement largement utilisés dans les laboratoires mais également dans les environnements pharmaceutiques, dans le secteur industriel et même au sein des restaurants. L’utilisation de gaz cryogéniques offre un certain nombre d’avantages uniques mais n’est pas complètement sans risque…

L’utilisation incorrecte des gaz cryogéniques peut entraîner des risques d’asphyxie et des brûlures du troisième degré. Stefan Suys, Product Manager Equipment & Installations pour le North-West Europe Cluster d’Air Liquide, nous en dit plus. « L’azote liquide – qui est le gaz cryogénique le plus utilisé – est inodore, insipide et peut s’insinuer imperceptiblement dans une pièce lorsqu’il s’évapore, chassant ainsi l’oxygène présent. »

« Il est important de tenir compte du fait que le volume de l’azote liquide augmente d’un facteur de x680 lors de l’évaporation. Une atmosphère dangereuse peut donc déjà apparaître lorsqu’une quantité relativement faible d’azote s’échappe. Les détecteurs de gaz qui surveillent le taux d’oxygène – qu’ils soient portés sur le corps ou installés dans les espaces où sont utilisés les gaz cryogéniques – sont dès lors absolument indispensables. »

Récipients cryogéniques
Les gaz cryogéniques sont livrés dans des récipients prévus spécialement à cet effet ou dans une grande cuve de stockage installée à l’extérieur du bâtiment. Dans ce dernier cas, l’utilisateur doit évidemment remplir ses récipients lui-même depuis la cuve. Air Liquide propose une large gamme de récipients pour les gaz cryogéniques. Cela va des réservoirs hermétiquement fermés aux systèmes de mise en pression en passant par les réservoirs traditionnels avec bouchon. Les deux variantes sont disponibles dans différents formats, et sont équipés ou non de roulettes.

« Les réservoirs fermés hermétiquement avec système de mise en pression sont particulièrement pratiques car ils vous évitent de devoir transvaser le liquide cryogénique », explique Stefan. « Il est toutefois important de veiller à ce que la pression dans le réservoir n’augmente pas trop. Si c’est le cas, la soupape de sécurité s’ouvrira automatiquement pour éviter que le réservoir n’explose. Mais une quantité d’azote sous forme gazeuse sera de ce fait libérée dans la pièce. »

« Si l’utilisateur oublie alors de fermer le robinet responsable de la régulation de la pressurisation, la soupape de sécurité s’ouvrira de nouveau à chaque fois et la quantité d’azote dans la pièce continuera à augmenter. Une personne qui pénétrerait ensuite dans la pièce courrait dans ce cas un risque élevé d’asphyxie, en particulier en l’absence de détecteur de gaz. »

« Il est en outre obligatoire d’apposer des symboles d’avertissement dans les espaces où l’on travaille avec des gaz cryogéniques. Et pour finir, la présence d’un système de ventilation puissant est fortement recommandée. »

Évitez les brûlures
Les réservoirs traditionnels ne sont pas munis d’un système de mise en pression et doivent donc être transvasés manuellement. À chaque fois que le bouchon est ouvert, une faible quantité d’azote sous forme gazeuse sera libérée, ce qui, dans des circonstances normales, n’est pas si vite problématique. Néanmoins, l’utilisation d’un détecteur de gaz est également indispensable pour ces réservoirs afin de pouvoir garantir la sécurité. Et ce n’est pas tout. « Lorsque vous transvasez de l’azote cryogénique depuis un réservoir, des éclaboussures peuvent causer des brûlures graves – éventuellement du troisième degré –  en cas de contact », poursuit Stefan. « De plus, le contact avec l’azote liquide ne génère pas d’influx de douleur et le système nerveux ne transmet donc pas de signal clair. »

« Il est par conséquent important que l’utilisateur porte les équipements de protection nécessaires. Des gants et des lunettes de sécurité sont une exigence minimale. Nous recommandons également l’utilisation d’un écran facial et il est important de porter des chaussures fermées et un survêtement à longues manches. Les équipements tels que des gants de sécurité, des lunettes de sécurité et des écrans faciaux sont également disponibles chez Air Liquide. »

Téléchargez ici notre whitepaper pour apprendre à travailler en toute sécurité avec des gaz dans le laboratoire.

Téléchargez notre ebook gratuitement

Partagez