Comment Air Liquide innove en matière de cultures sous serre

La recherche du processus de croissance idéal pour les plantes
Alimentaire & Pharma
|
7 août 2017

BrightBox –un centre d’expertise pour la culture multicouches sans lumière du jour– a pour objectif d’augmenter de façon exponentielle l’efficacité du secteur horticole. Une des manières d’y parvenir consiste à ajouter du CO2 lors du processus…

Nous émettons collectivement trop de CO2, c’est un fait. Au sens strict, ce n’est pas véritablement la production de CO2 qui pose problème mais plutôt le fait que la quasi-intégralité en est rejetée dans l’atmosphère. Nous devons donc essayer de chercher des méthodes permettant d’éviter que le CO2 produit ne se retrouve dans l’atmosphère.

Air Liquide déploie des efforts importants en vue de réduire sa propre production de CO2. Ainsi, dans le cadre de l’offre « Green Origin », l’entreprise fournit de l’oxygène, de l’azote et de l’argon à empreinte carbone nulle.

En collaboration avec Air Liquide, BrightBox effectue en outre des recherches visant à trouver les conditions idéales de croissance des plantes, en ajoutant la quantité adéquate de lumière, d’engrais, de chaleur… et de CO2. Il est de ce fait possible d’utiliser le CO2 de manière utile et durable.

La récupération de CO2

En ce qui concerne la contribution d’Air Liquide, l’histoire débute par le captage du CO2. Andy Augustus – responsable Marketing Food & Pharma chez Air Liquide – nous en explique les tenants et les aboutissants. « Air Liquide a investi dans un certain nombre d’installations de récupération du CO2 que nous avons placées chez des industriels produisant suffisamment de CO2 pour que nous puissions le capter.

Auparavant, ce CO2 était rejeté dans l’air mais, aujourd’hui, nous le récupérons et nous versons à cet effet une indemnité à l’industrie émettrice. Naturellement, nous récupérons par ailleurs une part importante de nos propres émissions de CO2.

Celui-ci est ensuite livré aux fabricants de boissons pétillantes  ou est utilisé dans des applications industrielles comme le traitement de l’eau (pH) et, évidemment, l’horticulture (serres), afin d’optimiser la croissance des plantes.

Culture multicouches

BrightBox est un centre d’expertise néerlandais pour la culture multicouches sans lumière du jour qui est né de la collaboration entre Botany, la HAS Hogeschool et Philips.

En d’autres termes, BrightBox définit aujourd’hui les lignes directrices de l’horticulture de demain. Pour gagner de l’espace – vu la population mondiale en augmentation constante et le fait que 80 % de la surface terrestre appropriée est déjà utilisée pour l’agriculture -les plantes sont cultivées en plusieurs couches superposées.

En plus de ce système qui permet de gagner en place, BrightBox recherche une combinaison de croissance idéale pour les plantes. À cet effet, ils optimisent entre autres la quantité et la couleur de la lumière artificielle, choisissent une température ambiante spécifique et utilisent les engrais ou accélérateurs les plus efficaces – y compris le CO2.

Des fruits et légumes frais et sains

Dans un futur proche, il sera dès lors possible de produire une quantité suffisante de fruits et légumes savoureux, frais et sains, afin de répondre aux besoins d’une population toujours plus importante, qui s’alimente de façon différente, et qui vit de plus en plus en zone urbaine.

Cette technique comporte quelques avantages supplémentaires, notamment la baisse du risque de mauvaises récoltes en raison de conditions climatiques extrêmes par exemple, et la possibilité d’accroître la production locale. Ainsi, la pollution et les nuisances liées au transport diminuent et une symbiose entre la chaleur résiduelle et d’autres sources d’énergie est possible.

Ajouter du CO2 pour une meilleure récolte

« BrightBox se concentre de manière très concrète et ciblée sur un élément fondamental pour notre avenir: notre approvisionnement alimentaire. Nous sommes heureux de pouvoir prendre part à ce projet grâce à notre expertise dans le domaine des gaz. Durant le processus de photosynthèse, les plantes absorbent la lumière, l’eau et le CO2 et les convertissent en oxygène.

Dans la nature, la concentration en CO2 est d’environ 350 ppm, mais dans une serre, la plante absorbera rapidement le CO2 et cette valeur diminuera, entraînant une stagnation de la croissance des plantes et la nécessité d’un dosage complémentaire en CO2. La compensation du dosage jusqu’à 350 ppm peut engendrer une augmentation de la croissance de 40 % (en fonction de la culture).

Dans le cadre du projet BrightBox, des quantités entre 600 et 1 000 ppm sont utilisées. En ajoutant ce supplément de CO2, la production de la récolte augmente encore de plus de 10 %. Il s’agit donc clairement d’une situation gagnant-gagnant, tant sur le plan écologique que sur le plan économique. »

 

 

Plus d'informations sur les réponses d'Air Liquide au secteur alimentaire

Contactez notre spécialiste Food & Pharma, Andy Augustus✉ andy.augustus@airliquide.com
 
Partagez