La compagnie maritime CMB fait le choix de l’hydrogène

« Avec Air Liquide, nous voulons évoluer vers une utilisation plus large de l’hydrogène »
Hydrogène
|
14 février 2022

La CMB – Compagnie Maritime Belge – peut se targuer d’une riche histoire, qui remonte déjà à plus de 125 ans. À cette époque, l’entreprise a constitué une flotte impressionnante composée de plus de 90 grands cargos et 50 ateliers flottants. De nos jours, la division CMB.TECH se concentre également sur les activités commerciales autres que le transport maritime. Notamment sur le potentiel de l’hydrogène…

L’entreprise CMB construit et loue des navires, se distinguant tout particulièrement par l’intégration permanente de nouvelles technologies dans ses bateaux. CBM entend ainsi rester un acteur de premier plan grâce à ses  performances et sa durabilité. Son siège social se trouve à Anvers, mais la société est également établie à Singapour, Hong Kong, Tokyo, Brentwood, Amsterdam, Lowestoft et Hambourg.

Hydroville
CMB.TECH (une filiale de CMB orientée vers l’innovation et le développement cleantech) a inauguré en 2017 le premier navire de haute mer au monde équipé d’un moteur à hydrogène. L’Hydroville mesure 14 mètres et possède un tirant d’eau de 14 tonnes. Le navire affiche une vitesse maximale de 27 nœuds et peut aussi naviguer au diesel, si nécessaire. Au vu des ambitions de décarbonisation de l’entreprise et de son industrie, la société cherche à éviter cette option autant que possible…

L’Hydroville transporte quotidiennement au niveau d’Anvers les collaborateurs de CMB de la rive gauche à la rive droite de l’Escaut, et vice versa. Depuis quelque temps, le bateau sert également à démontrer les avantages de l’hydrogène.

« L’Hydroville constituait déjà une innovation importante », explique Roy Campe, Chief Technology Officer chez CMB.TECH. « La mise en chantier du bateau s’est révélée à de nombreux égards un travail de pionnier. En plus de cela, en étroite collaboration avec les équipes d’ingénieurs d’Air Liquide, nous avons développé un système permettant de faire le plein par hydrogène (ce qu’on appelle le « soutage » dans le jargon maritime). Un tel système innovant n’était pas encore présent dans le port d’Anvers. »

« L’hydrogène était initialement stocké dans des remorques porte-tubes stationnées sur le quai, mais nous disposons depuis d’une station de ravitaillement en hydrogène pour l’ensemble de nos sites. Nous l’utilisons non seulement pour ravitailler l’Hydroville mais aussi pour faire le plein des voitures hydrogène Toyota et Hyundai de notre personnel. »

HydroBingo
Dans le sillage de l’Hydroville, l’HydroBingo a été lancé au Japon à l’été 2021. C’est un ferry d’une capacité de 80 passagers équipé de deux moteurs hydrogène/diesel, permettant de diviser par deux les émissions de CO2 par rapport à un navire traditionnel.

Le navire se distingue en outre de l’Hydroville par le fait qu’il est équipé d’une remorque à hydrogène mobile à la poupe. Une fois la remorque vide, elle peut être facilement déchargée à l’aide d’une rampe, pour être rapidement ravitaillée. Bien entendu, l’HydroBingo, tout comme l’Hydroville, satisfait à toutes les exigences de sécurité.

Hydrocat & Hydrotug
L’Hydrocat et l’Hydrotug seront aussi inaugurés sous peu. L’Hydrocat est équipé de moteurs dual fuel de plus de 1 000 cv et a été conçu pour les transports aller-retours quotidiens de personnes et de matériaux vers les parcs éoliens offshore. Quant à l’Hydrotug, celui-ci sera bientôt le premier remorqueur au monde doté de moteurs BeHydro, des moteurs V12 qui brûlent de l’hydrogène (85 %) en combinaison avec du diesel (15 %).

BeHydro
En collaboration avec ABC Engines, CMB.TECH a développé une gamme de moteurs à double carburant (dual fuel) ‘BeHydro medium speed’, qui fonctionnent avec un mélange de diesel et d’hydrogène (jusqu’à 85 %). Il dispose également d’un moteur mono carburant entièrement alimenté à l’hydrogène. Ce dernier a été conçu spécifiquement pour les applications de générateurs. Grâce à ce système, un navire peut produire de l’électricité sans émissions lorsqu’il se trouve dans la zone portuaire.

Dans cette optique, CMB.TECH commercialise désormais également les moteurs Genset. Ce sont des générateurs zéro émission fonctionnant grâce à l’hydrogène, destinés à remplacer à terme les générateurs diesel traditionnels. Ces moteurs sont un exemple frappant des développements actuellement entrepris par CMB.TECH. De plus, CMB.TECH, en collaboration avec Luyckx, a également proposé une excavatrice équipée d’un moteur dual fuel . Il s’agit d’un modèle Hitachi ZX350LC-7 de 37 tonnes, transformé, qui fonctionne en grande partie à l’hydrogène et affiche donc des émissions de CO2 nettement plus basses.

Quelques mois seulement après la mise en service de la station de ravitaillement en hydrogène de CMB.TECH, le groupe a lancé son premier camion à l’hydrogène dual fuel. « Van Moer Logistics et Delhaize utilisent le camion pour les livraisons aux supermarchés. Ils acquièrent ainsi une expérience pratique concernant l’utilisation quotidienne de camions à l’hydrogène et pourront tirer profit de cette expérience lorsqu’ils auront à renouveler leur parc de camions. »

Pourquoi l’hydrogène ?
« Le secteur maritime est confronté à des normes d’émissions de plus en plus strictes », précise Roy Campe. « Cela signifie que l’utilisation de moteurs diesel devra progressivement être abandonnée. En ce qui concerne les plus petits navires – pensez aux bateaux de navigation intérieure, aux navires côtiers, aux remorqueurs et autres – l’hydrogène est la solution idéale. L’utilisation de batteries permettrait également de respecter ces normes, mais il est très difficile en pratique de rentabiliser son adoption. En effet, le système de batteries serait si lourd et encombrant qu’il ne laisserait pratiquement plus de place à la cargaison. Le temps de chargement serait également beaucoup trop long. »

« Nous misons donc pleinement sur l’hydrogène et nous prévoyons d’étendre encore notre coopération avec Air Liquide – que nous considérons comme un partenaire privilégié pour tout ce qui a trait à l’hydrogène. Nous avons choisi Air Liquide parce qu’ils ont acquis des connaissances particulièrement étendues concernant l’hydrogène, et parce qu’ils représentent une référence en termes de sécurité industrielle. »

« La collaboration avec Air Liquide est agréable et constructive. Nous avons déjà souvent cherché ensemble de nouvelles solutions, qui ont ensuite été réalisées dans la pratique. C’est un bonheur de voir que les projets que nous avons conçus ensemble sont menés à terme. Et surtout, nous voulons évoluer avec Air Liquide vers une utilisation plus large de l’hydrogène. »

Vous souhaitez savoir ce qu’Air Liquide peut faire pour vous dans le domaine de l’hydrogène ? N’hésitez pas à simplement nous contacter.

Partagez