Feuille de route de la transition énergétique pour Air Liquide

« Nous sommes prêts à jouer un rôle de premier plan»
Grande Industrie
|
18 janvier 2021

Air Liquide a élaboré un certain nombre d’initiatives ambitieuses et de grande envergure dans le cadre du programme de transition énergétique du groupe. Ces initiatives seront déployées à l’échelle mondiale, et donc aussi au Benelux…

« Je tiens avant tout à dire que nous ne faisons pas cela parce que tout le monde le fait », explique Vianney de Buchet, Vice President Energy Transition Europe chez Air Liquide. « Mais nous tenons naturellement à prendre nos responsabilités afin de réduire les émissions de CO2 de toutes les manières possibles. Cela s’inscrit non seulement dans l’ADN et les valeurs clés de notre groupe, mais aussi dans notre expertise sur le plan de l’hydrogène et du dioxyde de carbone, qui font tous les deux parties intégrantes de la transition énergétique. Pour réaliser nos trois objectifs en matière de transition énergétique, nous avons mis en œuvre différentes initiatives. »

« Le premier objectif – le plus évident – porte sur la réduction des émissions de CO2, en lien direct ou indirect avec nos propres systèmes de production. Dans le prolongement de cette mesure, nous voulons également aider nos clients industriels à réduire leurs émissions de CO2. C’est le deuxième objectif. Le troisième porte sur l’élaboration de nouveaux écosystèmes qui participent à une société à faible émission de carbone. »

Air Liquide est classée au niveau « A » dans la liste du CDP

Les efforts consentis par Air Liquide dans le cadre de la réduction des émissions de CO2 ne datent naturellement pas d’hier. Chaque année, le groupe consacre environ 100 millions d’euros à l’innovation en vue de réduire son empreinte écologique et celle de ses clients. En 2020, le groupe a d’ailleurs été classé dans la liste au niveau « A » du CDP (Carbon Disclosure Project), une organisation à but non lucratif qui évalue les entreprises sur la base de leurs actions climatiques. CDP reconnaît la stratégie d’Air Liquide en matière de croissance durable, qui est illustrée par le développement de l’entreprise dans le domaine de la technologie de l’hydrogène et par la participation à de nombreux projets innovants.

Des objectifs et projets pour réduire des émissions de CO2

« Le groupe s’est engagé à réduire fortement son empreinte carbone d’ici 2025. À cet effet, nous utilisons de manière croissante l’électricité durable et diminuons notre consommation d’énergie », précise Vianney de Buchet.

« Une partie importante de l’énergie que nous utilisons aujourd’hui est déjà décarbonée, mais nous voulons continuer à augmenter nos achats d’électricité originaire d’énergie renouvelable. De plus, pendant le processus décisionnel relatif aux futurs partenariats, nous allons également prendre en compte le mix énergétique des fournisseurs potentiels. »

L’entreprise réduira aussi de 5 % sa propre consommation d’énergie – en lien avec le volume de production. Cela sera réalisé, d’une part, en mettant en service de nouvelles installations de pointe et, d’autre part, en optimisant l’efficacité énergétique des installations existantes.

Air Liquide participe à un certain nombre de projets CCS (Carbon Capture and Sequestration) innovants dans le domaine du captage et de la séquestration du carbone, comme Porthos à Rotterdam et Antwerp@C à Anvers. Ces projets à grande échelle ont le potentiel de réduire de manière significative l’empreinte carbone des entreprises industrielles. Air Liquide a également signé un mémorandum d’entente avec Northern Lights, un projet CCS situé en Norvège.

Air Liquide est engagée à réduire de 10 % l’empreinte CO2 de sa division des gaz en liquide et en bouteille. Cet objectif sera réalisé en optimisant le transport en citerne de gaz liquide grâce au Big Data, et en remplaçant le parc de camions qui fonctionnent à l’aide de combustibles fossiles par des camions qui utilisent des énergies renouvelables.

Le captage de CO2, une technologie disponible pour nos clients

« Vu que nous continuons à élargir notre portefeuille technique et notre expertise sur le plan de la transition énergétique, nous avons décidé de mettre ces connaissances et cette technologie à la disposition de nos clients industriels. Nous sommes conscients que la transition énergétique constitue un défi de taille pour toute l’industrie, et nous souhaitons donc aider les autres à atteindre leurs objectifs. »

« Nous voulons ainsi que nos clients puissent disposer de notre technologie en matière de captage des émissions de CO2. Le CO2 peut alors être réutilisé – par exemple dans le secteur horticole ou pour réaliser des boissons pétillantes – ou bien le CO2 peut être stocké en toute sécurité par injection dans le sous-sol marin. »

Du biométhane à l’hydrogène, Air Liquide investit dans les solutions durables de demain

« Bien que nous soyons convaincus qu’il est crucial de réduire les émissions de CO2, nous pensons que le développement et la mise en œuvre réussie de nouvelles technologies sont tout aussi importants. »

« Comme l’hydrogène jouera un rôle clé dans la société de demain et dans la transition énergétique, nous investissons énormément d’effectifs et de ressources dans l’optimisation de cette technologie. L’hydrogène aura un impact fort sur le secteur du transport – non seulement sur les voitures mais aussi sur les camions et bateaux – et il sera également utilisé de manière croissante en tant que source d’énergie pour l’industrie. Ainsi, Air Liquide a annoncé récemment le lancement d’un projet consacré à la mise en œuvre de 1 000 camions à hydrogène dans le port de Rotterdam. »

Air Liquide investit en outre dans les installations de biométhanisation. Le biométhane – un gaz durable issu de la fermentation des déchets organiques – a les mêmes propriétés que le gaz naturel, mais doit être épuré avant de pouvoir être injecté dans le réseau de gaz naturel. D’ici 2025, la capacité des installations devrait atteindre jusqu’à 5 TWh par an.

« Globalement, nous pouvons affirmer qu’ Air Liquide consent des efforts importants en vue de mener à bien la transition énergétique. Naturellement, nous nous attendons à rencontrer encore des défis et obstacles supplémentaires – le contraire serait étonnant – mais nous sommes déterminés à atteindre nos objectifs et à jouer un rôle de pointe dans notre secteur », conclut Vianney de Buchet.

Partagez