L’hydrogène comme levier de l’économie verte

Air Liquide veut progressivement accroître la production d’hydrogène vert
Grande Industrie
|
5 avril 2021

Si nous voulons réduire l’utilisation des combustibles fossiles et les émissions de CO2 qui y sont associées, nous avons besoin d’une alternative durable et abordable qui répond aux exigences de sécurité et de qualité nécessaires et qui est en outre applicable à grande échelle et peut être mise en œuvre rapidement.

Cette longue liste d’exigences permet aussi d’expliquer pourquoi la transition énergétique ne peut pas être réalisée du jour au lendemain. Il ne fait toutefois aucun doute que l’hydrogène se verra confier un rôle majeur dans la société zéro carbone de demain.

Tom Eikmans, Strategic Partnerships Director chez Air Liquide, explique qu’il existe différentes manières de produire de l’hydrogène, et que certaines sont plus écologiques que d’autres : « À l’heure actuelle, l’hydrogène est principalement produit au moyen d’une réaction chimique entre le gaz naturel et la vapeur. Ce processus implique l’émission du CO2 présent dans le gaz. Si ce CO2 est émis ensuite dans l’air, nous parlons d’hydrogène gris. »

Hydrogène bleu
« Cependant, il est également possible de capturer le CO2 dans ce processus, afin de le stocker de manière sûre et durable dans le sous-sol marin, qui abritait auparavant du gaz naturel. Un certain nombre de projets à grande échelle sont en cours de développement - Porthos, Antwerp@C et Northern Lights - qui devraient permettre cela dans les cinq prochaines années. Dans ce cas, nous parlons d’hydrogène bleu. Des combustibles fossiles sont donc encore utilisés, mais ce processus ne libère plus de CO2 dans l’atmosphère. »

Pour la capture du CO2, Air Liquide a développé la technologie CryoCap™ . « À Port-Jérôme-sur-Seine, en France, nous avons équipé une première usine de la technologie CryoCap™ et les résultats sont excellents : chaque année, l’installation capture plus de 100 000 tonnes de CO2 », précise Tom Eikmans.

« Selon nous, l’hydrogène bleu est une solution intermédiaire idéale pour permettre à plus long terme la transition vers l’hydrogène vert. C’est la raison pour laquelle nous allons exploiter et commercialiser plus largement la technologie CryoCap™, afin qu’elle puisse bientôt être utilisée par d’autres fabricants. »

H-vision
H-vision est un partenariat à grande échelle entre Deltalinqs, Air Liquide, BP, Gasunie, Havenbedrijf Rotterdam, Power Plant Rotterdam, Shell, Exxon et Koninklijke Vopak, parmi d’autres, qui vise à réduire fortement les émissions de CO2 dans la zone portuaire de Rotterdam. H-vision se concentre à cet effet sur la production d’hydrogène bleu, afin de l’utiliser comme combustible pour chauffer l’air à une température élevée, en vue de l’intégrer dans les processus industriels. La particularité est que l’on utilise ici en majeure partie des gaz résiduels issus du raffinage et pas seulement du gaz naturel. Pour cela, le CO2 est capturé, puis stocké dans des champs gaziers épuisés ou utilisé comme élément constitutif dans la production de produits chimiques.

Cela signifie non seulement que la production d’hydrogène n’implique plus d’émissions de CO2, mais aussi que les émissions de carbone des gaz de raffinerie - il est question de millions de tonnes de CO2 par an - peuvent être limitées de manière drastique. Le projet offre un avantage supplémentaire, à savoir que la production d’hydrogène ne doit pas être limitée par la disponibilité d’électricité verte encore trop faible à l’heure actuelle.

« Air Liquide est, d’une part, impliquée dans le projet parce que nous voulons investir dans l’énergie verte de demain et, d’autre part, parce que nos connaissances et techniques dans le domaine de l’hydrogène peuvent offrir une valeur ajoutée à H-vision. Air Liquide est par exemple leader mondial dans la technologie de reformage autotherme (autothermal reforming , ATR) qui serait mise en œuvre pour transformer les gaz de raffinerie en hydrogène. De plus, il va de soi que nous pouvons aussi mettre à disposition la technologie CryoCap™ pour la capture du CO2. »

Il est prévu que les détails du développement concret du projet soient clarifiés dans les prochains mois.

Hydrogène vert pour la mobilité verte et l’industrie
Comme précédemment indiqué, Air Liquide veut opérer une transition progressive vers l’hydrogène vert. « Des usines sont déjà exploitées à cette fin au Danemark et au Canada, et nous avons l’intention d’accroître encore fortement leur nombre. Nous pourrons ainsi anticiper au maximum la demande croissante d’hydrogène vert. »

« Dans tous les cas, notre ambition est de garantir que tout l’hydrogène que nous vendons pour les applications mobiles - les voitures, mais surtout les camions, bus et bateaux - soit vert. Au Benelux, c’est d’ailleurs déjà le cas aujourd’hui. Nous prévoyons en outre que l’hydrogène vert joue un rôle de plus en plus important dans l’industrie », conclut Tom Eikmans.

Partagez