InOpSys traite et valorise les eaux usées pharmaceutiques et chimiques

« L’expertise d’Air Liquide est très importante pour nous »
Fabrication & Transformation
|
23 novembre 2020

Interview avec InOpSys, une scale-up belge située à Malines, spécialisée dans le traitement et la valorisation des flux d’eaux usées d’entreprises pharmaceutiques et chimiques.

De nos jours, les flux d’eaux usées toxiques d’entreprises actives dans le secteur pharmaceutique et chimique sont à tort en majeure partie considérés comme non recyclables. Ces eaux polluées contiennent en effet une grande diversité de composants : des métaux lourds aux API (Active Pharmaceutical Ingredients), des composants organiques, des tensioactifs, des solvants, des EDC (Endocrine Disrupting Compounds)… La présence de ces multiples composants exige un traitement des eaux complexe et nécessite beaucoup de techniques.

Fini l’incinération des eaux usées, place au recyclage
A cause de cette complexité du traitement, les flux d’eaux usées chimiques et pharmaceutique sont généralement évacués avec des camions-citernes, pour être ensuite incinérés dans des incinérateurs de déchets. « C’est en effet la méthode habituelle, parce que l’on considère qu’il est impossible de purifier suffisamment ces flux d’eaux usées », précise Steven De Laet, CEO d’InOpSys.

Mais InOpSys vient changer la donne. « Nous avons étudié en détail comment combiner des techniques de traitement des eaux existantes afin qu’elles soient suffisamment puissantes et efficaces pour pouvoir aussi purifier de manière suffisante les flux d’eaux usées complexes. »

« Après six ans de recherche et de développement, nous avons mis en œuvre – avec succès – les premières solutions concrètes chez nos clients. Ces projets nous ont permis de démontrer que notre approche était également particulièrement efficace dans la pratique. »

Une solution de recyclage des eaux usées sur le site même
InOpSys traite les flux d’eaux usées sur place, sur le site du client. L’eau ne doit donc plus être récupérée avec des camions, ce qui permet d’éviter d’importantes émissions de CO2.

« Nous veillons à ce que l’eau soit purifiée au point de pouvoir ensuite être traitée par l’installation de traitement biologique des eaux usées sur le site d’exploitation. À cet effet, nous faisons également en sorte que les substances organiques nocives, telles que les micropolluants perturbateurs endocriniens, soient extraites de l’eau.  Les entreprises ne sont pas encore obligées pour le moment de filtrer ces composants de l’eau, mais cela sera certainement bientôt le cas. Les normes européennes concernant les micropolluants ne cessent d’ailleurs de se renforcer. »

Par ailleurs, InOpSys ne se préoccupe pas seulement du traitement du circuit de l'eau. « Si les eaux contiennent des composants précieux, comme le palladium ou le zinc, nous les extrayons, pour qu’ils puissent ensuite être recyclés par des entreprises spécialisées. »

Recycler les eaux usées coûte jusqu'à 30 % moins cher que l’incinération
« La durabilité est, à juste titre, plus que jamais un sujet central pour de nombreuses entreprises, mais il va de soi que l’aspect financier doit également être pris en compte. À cet égard, InOpSys offre de nombreux atouts, vu que nos solutions sont à la fois durables et économiques. Si nous traitons les eaux usées sur place avec une installation InOpSys, il est généralement possible de réduire les coûts de 20 à 30 % par rapport à la méthode d’incinération traditionnelle. »

« De plus, le client ne doit pas investir. InOpSys supporte l’intégralité de l’investissement et fonctionne sur la base d’un modèle ‘pay per use’. »

Un partenariat avec Air Liquide
« Nous achetons l’oxygène pur d’Air Liquide, ainsi que le CO2. Nous utilisons l’oxygène pour produire de l’ozone sur place, tandis que le CO2 est utilisé pour corriger les valeurs de pH de certains flux d’eaux usées. »

« Mais notre collaboration va bien plus loin que ça. Air Liquide dispose d’une expertise unique dans le cadre de l’application ciblée de gaz industriels dans le traitement de l’eau, et cette expertise est très importante pour nous. Ainsi, Air Liquide a accompli un travail innovant sur le plan du traitement des eaux par advanced oxidation, une technique qui utilise l’ozone pour procéder à un traitement biologique de l’eau. »

« Entre-temps, nous considérons Air Liquide comme un partenaire stratégique et nous collaborons sur plusieurs nouveaux projets. InOpSys est à l’aube d’une forte croissance, et nous souhaitons pour cela pouvoir continuer à compter sur les connaissances et le support d’Air Liquide. »

Contactez Rudy Lamond si vous voulez en savoir plus sur l’utilisation de l’oxygène, de l’ozone et du CO2.

Partagez